Ouvrage
17244
page-template,page-template-full_width,page-template-full_width-php,page,page-id-17244,bridge-core-1.0.5,ajax_fade,page_not_loaded,,qode_grid_1300,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.1,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.2,vc_responsive
 

Ouvrage

PRESENTATION DES ICDV

UN LIEU ENIGMATIQUE

Distant d’une vingtaine de kilomètres du bord de mer, le col de Vence s’élève à environ 950 mètres d’altitude. Il donne accès à un vaste plateau où se situe le pittoresque hameau de Saint-Barnabé. À part ce dernier et quelques vieilles fermes isolées, cet endroit est resté à l’état sauvage où se rendent de nombreux randonneurs lors des belles journées ensoleillées. En revanche, vous croiserez peu de monde la nuit tombée.

Un lieu aussi retiré et sauvage a malheureusement attiré dans le passé récent quelques sectes en mal d’authenticité. Il faut dire que cette zone devient particulièrement envoûtante et magique lorsque la nuit enveloppe tout de son manteau étoilé. La gendarmerie y a mis bon ordre et depuis, seuls quelques « raveurs » inoffensifs perturbent quelquefois la quiétude des lieux. Ce site est vraiment unique par son charme et, il faut bien le dire, ses mystères. Effectivement, le col de Vence n’est pas connu uniquement pour ces paysages magnifiques, mais surtout pour ses phénomènes étranges et en particulier ses nombreuses histoires d’ovnis (Objets Volants Non Identifiés).

LES PHENOMENES INSOLITES

Les premières observations insolites dans cette zone semblent remonter à de nombreuses décennies comme en témoignent des archives qui datent de 1866. En janvier de cette année, les écrits de l’époque décrivent des boules de feu sortant d’une sorte de nuage et évoluant très lentement dans le ciel au-dessus de Vence. Quelques années plus tard, le 6 mai 1875, toujours au-dessus de Vence, plusieurs habitants de la ville aperçoivent dans le ciel des boules de feu aveuglantes surgies une nouvelle fois d’un gros nuage. Le 21 mars 1877, des lumières seraient encore apparues en plein ciel au-dessus de Vence. Elles furent décrites par les témoins comme des boules de feu presque aveuglantes, issues d’une masse ressemblant à un étrange nuage se déplaçant avec une certaine lenteur. On les vit pendant plus d’une heure se diriger vers le nord, c’est-à-dire vers le col de Vence.

Jusqu’à notre époque, d’autres phénomènes inexpliqués se sont encore produits, attirant un nombre important de curieux et de passionnés. Plusieurs personnes ont fréquenté ou fréquentent toujours les lieux dans l’espoir de voir une apparition mystérieuse. Cependant, les chances d’une telle observation sont bien maigres. De plus, les nombreuses dérives de gens farfelus ont vite fait de brouiller les pistes.

L’EQUIPE DES « ICDV »

Pourtant, certains persévèrent dans un souci d’honnêteté et de connaissance. Depuis 1996, une équipe d’enquêteurs indépendants, les « Invisibles du col de Vence», est l’un des rares groupes sérieux qui essayent de percer sur le terrain les mystères entourant les énigmatiques phénomènes se déroulant sur le plateau de Saint-Barnabé. Avec ses modestes moyens, cette équipe d’enquêteurs de la région niçoise s’est forgée une solide réputation dans le petit monde de l’ufologie française. Les membres se rendent parfois sur les lieux dans le but d’élucider les étranges phénomènes qui s’y manifestent périodiquement. Chacun des membres de cette équipe exerce bien sûr une activité professionnelle : fonctionnaire, commerçant, scientifique, cadre en aéronautique, pharmacien… bref un large éventail d’activités et de compétences est représenté, avec autant d’approches du phénomène ovni, tout en gardant raison et sagesse. Certains n’hésitent pas à sacrifier tout leur temps libre pour se consacrer à cet âpre travail de terrain, mais ô combien gratifiant, tant sur le plan humain que sur le plan scientifique. À ce propos, il faut bien sûr préciser que les moyens techniques dont se sont dotés les « Invisibles » sont certes limités, mais honnêtes et tout à fait crédibles. C’est d’ailleurs comme cela que l’on pourrait qualifier cette bande de copains : honnêtes, rigoureux dans leur travail, ce qui n’est pas toujours le cas dans le milieu si particulier de l’ufologie.

Au fil du temps, ils ont constitué une impressionnante collection de documents, comme des vidéos montrant d’étranges anomalies : des ovnis se déplaçant à des vitesses fantastiques dans les cieux, mais aussi d’énigmatiques manifestations lumineuses ou fantomatiques semblant se présenter à proximité des photographes médusés par ce qu’ils découvrent sur leurs écrans numériques. Un rapport existe-t-il entre ces deux phénomènes apparemment très distincts ? Il est difficile d’interpréter ces manifestations sensationnelles. Toutefois en procédant à des recoupements de faits concrets, d’indices et en rapprochant des « coïncidences » entre elles, une corrélation peut être mise en évidence entre tous ces mystères. Cependant, la prudence est de mise, même si indéniablement il se passe quelque chose d’exceptionnel et de hors-norme dans ce coin reculé du pays vençois.

LA PRESENCE DE NOMBREUX FARFELUX

Il existe une idée naïve ancrée dans beaucoup d’esprits voulant que tous les week-ends il y ait une grande parade d’ovni se déroulant dans les cieux de l’arrière-pays vençois ! Il peut se produire de véritables débarquements de « touristes ufologiques » au lendemain d’une émission télévisée ayant relaté de façon plus ou moins sérieuse les événements étranges se manifestant au col de Vence. Fort heureusement, tout cela est aussi bref qu’une pluie d’été et la quiétude se réinstalle très vite sur le plateau de Saint-Barnabé.

Outre ces personnes passagères, il faut également mentionner ce que l’on appelle familièrement les « illuminés » de toutes sortes ayant été contactés par les extraterrestres ou ayant été investis d’une mission « céleste ». Ces derniers sont les plus dangereux en particulier certains qui sont persuadés d’être des « élus » et donc se transformant en pseudo gourous. Il y a également une catégorie de personnes, et non des moindres, qui n’hésitent pas à tirer un commerce lucratif de cette activité, tout en manipulant leur petit monde, mais aussi les médias. Certains d’entre vous se rappellent peut-être la fameuse histoire de pseudo « crop circle » soudainement apparue l’été dernier non loin du village de Coursegoules. Nous rappellerons ici brièvement ce qu’est un « crop circle »: terme anglo-saxon désignant de mystérieuses formes géométriques dessinées dans des champs de blé, phénomène toujours inexpliqué se manifestant presque essentiellement en Grande-Bretagne et étudié par moult personnes et groupes d’horizons les plus divers. Bref, un de ces curieux signes, en l’occurrence un cercle apparemment parfait est découvert par un passionné du phénomène ovni dans un champ en contrebas de la route départementale menant à Coursegoules et longeant le vallon de la Cagne. Mais rapidement la nouvelle se répand, très vite récupérée par un stakhanoviste du scoop ufologique, se proclamant découvreur de l’incroyable trace. Il va s’ensuivre un invraisemblable battage médiatique aussi navrant que risible.

Un grand quotidien régional est même allé jusqu’à réserver une page entière sur ce cas en mettant en avant l’aspect mystérieux de cette trace découverte par des enquêteurs présentés comme sérieux. L’équipe « des Invisibles du col de Vence» connaissait l’existence de cette trace bien avant qu’elle fasse parler d’elle et avait donc procédé quelques jours auparavant à une enquête minutieuse sur le terrain de ce soi-disant artefact. La conclusion de cette étude fut aussi rapide que définitive : il s’agissait tout simplement d’un manège équestre. Le cercle au sol (de la terre battue au milieu d’herbes folles) est formé par le passage répété d’un cheval qu’un dresseur fait tourner en cercle en le tenant par des longes. Ce genre de récupération et de « montée en mayonnaise » émaillent périodiquement la chronique ufologique vençoise et desservent lourdement l’ensemble des enquêteurs sérieux.

UNE APPROCHE RATIONNELLE

L’équipe des «ICDV» est plutôt discrète et propose une approche pragmatique de l’étude des ovnis. Elle reconnait que bon nombre d’observations d’ovnis ne sont souvent que des méprises avec des phénomènes naturels mal interprétés. Pourtant, il subsiste de nombreux cas totalement incompréhensibles. Les membres rappellent que le phénomène ovni est souvent associé au terme « extraterrestre », ce qui, pour l’instant, n’est absolument pas prouvé officiellement. La prudence est donc de mise, même si certains rapports récents semblent émettre l’hypothèse d’une origine « non terrestre ».

Ils se décrivent comme des enquêteurs de terrain. Avec des moyens modestes, ils font leur possible pour tester des appareillages nouveaux comme des détecteurs infrarouges, des amplificateurs de sons, des détecteurs magnétiques et électriques. Ils sont même allés jusqu’à faire effectuer des analyses de sol par des laboratoires privés pour y desceller d’éventuels indices d’un supposé atterrissage d’ovni. Par leur présence sur le terrain ou par le biais de leur site internet (www.coldevence.net), il leur arrive fréquemment de rencontrer des témoins affirmant avoir vu des choses étranges. Ils invitent d’ailleurs toute personne ayant assisté à des phénomènes insolites dans la région à leur communiquer leur histoire si elle le souhaite.

DE NOUVEAUX MOYENS D’ETUDES

Aujourd’hui, ils veulent aller encore plus loin, car les témoignages se cumulent, mais n’amènent pas à une avancée significative dans la compréhension des ovnis. Ils ont la chance de pouvoir se rendre plusieurs fois par mois au col de Vence. Ils prennent toujours leur matériel d’enregistrement. Mais même en étant attentif, il est très difficile de pouvoir capturer un phénomène anormal transitoire. De plus, les apparitions sont assez rares et le peu de temps passé à observer le ciel est loin de suffire pour se rendre compte de tout ce qui se passe. Malgré un grand nombre de personnes étudiant ce sujet, il en existe peu faisant de réelles démarches pour résoudre enfin ce mystère.

Les membres de cette équipe rappellent qu’ils n’ont pas pour vocation de prouver l’existence d’une présence intelligente d’origine exotique au col de Vence ou ailleurs. Leur démarche est de montrer plutôt que démontrer. Or, ils suggèrent que si nous voulons que les expériences ne se limitent pas à des témoignages, il faut bien trouver des éléments concrets exportables. Les documents photo et vidéos se révèlent être de bons moyens pour

LE PROJET AMS

Partant de ce constat, ils ont lancé depuis 2010, un nouveau projet. : un AMS (Automatic Measurement Station) ou station de mesures automatisée. L’idée de ce projet est venue d’une expérience existante se déroulant dans une petite vallée norvégienne nommée Hessdalen (http://www.hessdalen.org/).

Depuis 1981, les habitants de la région ont déclaré avoir été témoins très souvent de phénomènes lumineux aériens insolites. Les apparitions étaient si nombreuses et si énigmatiques que rapidement une étude a été entreprise par des universitaires et des enquêteurs divers. Le but était de déterminer la nature de ces lumières mystérieuses et de communiquer ouvertement les résultats au public avec la plus grande transparence. Dès l’été 1983, le projet Hessdalen naquit. Ce projet perdure à ce jour et depuis sa création de nombreuses améliorations ont été apportées. Le cœur du programme d’étude est basé sur l’implantation de plusieurs stations de mesures automatisées ou AMS. Ces appareils ont été conçus puis installés dans cette vallée d’Hessdalen par des équipes de l’université d’Ostfold. Celles-ci se sont relayées durant toutes ces années afin d’enregistrer et analyser les données recueillies sur place. Au fur et à mesure des expérimentations, le système des AMS s’est grandement perfectionné. De multiples équipes internationales sont venues s’associer pour apporter leurs expertises techniques et scientifiques.

L’équipe des « Invisibles  du col de Vence » a pris contact avec l’équipe Hessdalen pour exposer le projet d’implanter au col de Vence un système d’AMS similaire à celui de Norvège. L’équipe d’Hessdalen a été intéressée par cette démarche et a été tout à fait favorable à une coopération rapprochée entre les deux équipes. Après plusieurs mois de travail acharné, la station fut achevée, et les premiers essais menés. La complexité technique de ce genre de matériel a nécessité la mobilisation de toutes les compétences de l’équipe des « Invisibles » pour assurer le succès d’un tel défi. Mission accomplie. Pour la première fois en France et en Europe après le projet Hessdalen, un système entièrement automatisé, autonome et évolutif, fonctionne sur un site reconnu comme le col de Vence. L’objectif est de mettre à disposition pour tous les données que nous avons acquises (site internet : http://ams.coldevence.fr). Les personnes extérieures à l’équipe, ayant de bonnes compétences et voulant étudier les éléments bruts pourront les obtenir ainsi que toutes les informations annexes nécessaires à une analyse sérieuse. La condition essentielle étant que les résultats de ces analyses soient rendus publics.

LES INVISIBLES DU
COL DE VENCE

Enquêtes et révélations sur une
Zone d’anomalies permanentes

Il existe des lieux dont l’évocation retient toute notre attention tant les choses rapportées à leur sujet paraissent magiques et irréelles. Comme en Utah sur le territoire américain, Canneto en Sicile, Basiliano en Italie, Hessdalen en Norvège, KongKa La au Ladakh, Tina aux Îles Salomon ou encore St-Thomas aux Îles Vierges,…, le col de Vence est un de ces endroits. Situé dans l’arrière-pays niçois, France, il est connu depuis très longtemps comme étant un lieu où d’étranges événements sont censés s’y dérouler attirant de nombreux randonneurs et passionnés du sujet et dossier Ovni.
Les Invisibles du Col de Vence (ICDV), groupe d’enquêteurs pluridisciplinaires, parcourant le terrain du questionnement depuis 1999, après deux années d’écriture collective finalisée en 2008 vous proposent de découvrir sous une forme des plus originale, un roman enquête-vérité, ce lieu hors du temps chargé d’histoires et de mystères ufologiques restant à découvrir pour une révélation au monde.

LA VIDEO DE PRESENTATION DE L’OUVRAGE

POURQUOI LE COL DE VENCE SUSCITE-T-IL
UN TEL ENGOUEMENT ?

Un groupe de passionnés et d’amis s’est peu à peu constitué pour tenter d’appréhender au mieux ces mystères. Après des années d’enquête sur le terrain, l’équipe du col de Vence vous propose pour la première fois dans un ouvrage, de
découvrir les extraordinaires phénomènes qui se déroulent dans ce lieu fantasmagorique.

Ce livre, réalisé d’une manière collective, relate des faits réels dont l’origine demeure toujours inconnue à ce jour. À travers l’histoire de Michel, un berger imaginaire, vous découvrirez comment une Intelligence s’est progressivement dévoilée au groupe, jusqu’à interagir avec celui-ci. Vous verrez que derrière des manifestations inexplicables et absolument déconcertantes se cache une présence invisible pourtant bien réelle…

LES PROCHAINES DATES
ET LIEUX DE DEDICACES
EN 2019

CULTURA MANDELIEU
ZI de la Canardière – Ave du Maréchal Liautey, Mandelieu-la-Napoule (06210)

 

ESPACE CULTUREL DE VENCE
E.Leclerc 195 Place du Grand Jardin Vence (06140)

 

ESPACE CULTUREL DU LECLERC DE MONTAUROUX
Le 23 décembre 2019 du 8h30 à 20h
Lieu Dit Vincent-Fayence FR, Route Départementale 562, Montauroux (83440)

Chaque année depuis octobre 2008, date de sortie officielle de l’ouvrage, les Invisibles du col de Vence sont très régulièrement invités par les libraires afin de venir dédicacer l’ouvrage auprès des lecteurs. Ces séances permettent non seulement d’avoir l’immense plaisir de pouvoir échanger avec nos lecteurs sur le sujet et dossier en question, mais aussi de permettre de recueillir de nouveaux témoignages tous les uns plus étonnants que les autres !
Témoignages permettant non seulement aux témoins généralement de se libérer d’un poids, comme une lourde valise à poser afin de pouvoir se poser et se reposer, mais aussi permettant aux ICDV d’aller de l’avant dans leurs recherches permanentes de la vérité.

L’OBJECTIF DU PROJET

Le principal objectif de cette station est de récolter des mesures liées aux phénomènes aériens connus et inconnus. La station est constituée d’un ordinateur et de divers capteurs comme une caméra ultra sensible qui enregistre en temps réel tout ce qui se passe dans son champ de vision. Des détecteurs se déclenchent automatiquement. Ensuite, il suffit de venir récolter les données de manière périodique pour constater si des phénomènes étranges ont été enregistrés dans les fichiers.

L’idée de placer des caméras pour surveiller le ciel n’est pas nouvelle. A l’heure actuelle, plusieurs personnes effectuent ce type de surveillance. En revanche, c’est la première fois en France que le projet de station de mesures autonome pour l’étude des phénomènes aéronautiques non identifiés est poussé aussi loin.

Les enregistrements peuvent être variés et concernent pour la grande majorité des phénomènes naturels ou d’origine anthropique. Il est alors très utile de déterminer clairement quels sont les critères qui permettent une identification. Pour certains ces critères sont évidents (feux de position des avions, passages de satellites connus, etc.), pour d’autres, la tâche est plus compliquée. Parfois l’analyse de données (une simple vidéo par exemple) n’est pas évidente et peut prendre beaucoup de temps. C’est la raison pour laquelle les ICDV se limitent à présenter les mesures et non pas à les interpréter.

LA STATION DE MESURE A L’OEUVRE

Le but était de concevoir une station autonome d’un point de vue énergétique afin de l’utiliser partout, sans contrainte d’une alimentation électrique externe. Cet AMS a donc était conçue en tenant compte de cet impératif, c’est-à-dire en faisant fonctionner la station via des panneaux solaires et batteries, tout en utilisant des composants basse consommation.

La station est fonctionnelle à l’heure actuelle et fait l’objet de modifications permanentes. Elle est installée sur un terrain privé à proximité d’une habitation dans une commune proche de Vence. Pour des raisons de sécurité, nous ne pouvons pas mentionner l’emplacement exact de la station La caméra est orientée au nord vers le « Puy de Tourettes ». Cette montagne borde la partie sud du plateau de Saint-Barnabé (le col de Vence délimite la partie ouest de ce plateau).

Une nouvelle version de l’AMS est en préparation. Ce système sera encore plus performant que la première version. Ce deuxième exemplaire sera placé sur le plateau de Saint-Barnabé, à quelques minutes à pied du col de Vence. Avec une orientation Nord-Ouest. De cette manière, de nouvelles données exploitables pourront être obtenues afin de comprendre au mieux ces mystères. Les informations de ce projet sont librement consultables en vous rendant sur le site internet : http://ams.coldevence.net

RESSOURCES DU PROJET

Ce projet est financé par les membres de notre équipe des «  ICDV » eux-mêmes ainsi que par notre association « Nérusi » (http://www.nerusi.com). Nérusi est une association sans but lucratif qui édite depuis octobre 2008 un ouvrage que nous avons rédigé (« Les Invisibles du col de Vence – enquêtes et révélations sur une zone d’anomalies permanentes », Éditions Nérusi).

Ce livre est le résultat de deux ans de travail et compile sous forme de roman les histoires surprenantes liées au col de Vence et la région vençoise. L’intégralité des bénéfices acquis par la vente de cet ouvrage est utilisée pour aider à la réalisation des projets de l’association et en particulier le projet d’AMS. Chaque lecteur participe ainsi au développement de cette aventure unique.

CONTACTS EN ECHANGES AVEC LES TEMOINS

Toute l’équipe du Phenix Project et des ICDV est à la disposition de tous pour recueillir le témoignage des témoins d’un phénomène aérien inexpliqué. Nous lançons en permanence un appel à témoin afin de pouvoir recueillir toutes données pouvant nous permettre d’aider les témoins dans leurs questionnements et d’avancer sur la compréhension du sujet et dossier Ovni.